Autour de l'automobile

Qu’est-ce qu’une qualification IRVE ? Quelle garantie apporte-t-elle ?

La qualification IRVE (infrastructure de recharge de véhicule électrique) est une certification délivrée aux électriciens après avoir suivi une formation relative à l’installation d’un point de recharge pour les voitures électriques. Faire appel à un électricien disposant de cette qualification pour la pose de sa borne garantit un équipement installé conformément aux normes de sécurité et de fiabilité.

Qualification IRVE : de quoi parle-t-on ?

Pour avoir les connaissances nécessaires à l’installation d’une borne de recharge pour véhicule électrique, un électricien doit suivre une formation spécifique. Bien que ce professionnel soit diplômé et expérimenté dans son domaine, la formation d’électricien professionnel n’inclut pas les normes applicables à la mise en place d’un point de charge de voiture électrique. En suivant la formation adéquate, l’électricien sera en mesure d’installer une wallbox d’une puissance supérieure à 3,7 kW. En effet, selon la loi, au-delà de cette puissance de borne, le recours à un installateur agréé est impératif. À l’issue de la formation, l’électricien reçoit sa qualification de la part d’organisme habilité, notamment AFNOR et Qualifelec. Pour être certain de faire appel au bon installateur, il est nécessaire de tout savoir sur la qualification IRVE et particulièrement sur les 3 niveaux de qualification. Le premier niveau correspond à l’installation de bornes de recharge non communicantes allant jusqu’à 22 kW. L’installateur qualification IRVE de niveau 1 intervient principalement auprès des particuliers vivant en maison individuelle. Le second niveau correspond à la mise en place de bornes communicantes allant jusqu’à 22 kW. Le professionnel de niveau 2 est souvent amené à poser des bornes de recharge en copropriété ou dans un parking d’entreprise. Pour ce qui est du niveau 3, il concerne l’installation de bornes des recharges de plus de 22 kW.

Quelles sont les garanties apportées par la qualification IRVE ?

La qualification IRVE est une certification qui a son importance en matière d’installation de borne de recharge comme l’explique ce site spécialisé en véhicules propres. En effet, elle offre un certain nombre de garanties aux utilisateurs de véhicule électrique qui font appel à un électricien qualifié. La qualification IRVE garantit notamment le bon fonctionnement du dispositif installé ainsi que sa fiabilité sur la durée. Si le client souhaite bénéficier d’une borne conforme aux normes en vigueur, ceci n’est possible qu’en faisant intervenir un installateur agréé. La conformité de la borne de recharge permet à son utilisateur de préserver sa garantie constructeur en cas de problème. Il n’aura qu’à présenter le certificat de conformité de son chargeur pour bénéficier d’une réparation du véhicule lorsque la panne tombe durant la période de garantie. Ce même certificat de conformité permet également au conducteur de faire jouer ses garanties d’assurance auto en cas de panne en rapport avec le système électrique du véhicule. Il en est de même pour les garanties d’assurance habitation en cas d’incendie en lien avec la borne de recharge. Pour la pose de leur wallbox, les électromobilistes ont donc tout intérêt à faire appel à un professionnel agréé.

La qualification IRVE pour accéder à des aides financières

Afin d’encourager les utilisateurs de véhicules électriques à mettre en place leur propre solution de recharge, l’État leur accorde des subventions qui peuvent prendre la forme d’un crédit d’impôt, d’un taux de TVA réduit ou d’une prime dont le montant est fixé au cas par cas. Ces aides financières ne sont cependant accessibles que grâce à l’intervention d’un électricien qualification IRVE dans la mise en place de la borne. Les particuliers vivant en maison individuelle bénéficieront d’un crédit d’impôt d’un montant de 300 euros par borne de recharge installée. Les résidents de logement collectifs et les entreprises peuvent quant à eux prétendre à la prime ADVENIR. La prise en charge varie de 40 à 60% des dépenses engagées en fonction des cas et sous réserve d’un plafond fixé selon le type de borne choisi.